•  

     

    Le vénérable restaurant cantonais situé à l’angle de la rue du Grand Sully et de la rue du Maréchal Foch est à vendre.

     

    « Les Baguettes d’Or » n’est pas une boulangerie, mais c'est à vendre

    Le restaurant « Les Baguettes d'Or » est à vendre - Cliquer sur la photo pour l'agrandir

     

    « Les Baguettes d’Or » n’est pas une boulangerie, mais c'est à vendre

    À gauche, l'autocollant sur lequel figure l'ancien logo « Sully croque la vie » est collector ! - Cliquer sur la photo pour l'agrandir

     

     

    Certains d’entre vous se souviennent sans doute du magasin de sport, dont le nom m’échappe (un lecteur aura sans doute meilleure mémoire et pourra nous la rafraîchir...), qui a occupé les locaux pendant quelques années (années 1980).

    La mémoire (et les photos) me faisant décidément défaut, quelqu’un se souviendrait-il  par hasard de l’activité commerciale qui a occupé ces lieux entre la fermeture du magasin de sport et l’installation du restaurant « Les Baguettes d’Or » en 1994 ? Restaurant ? Autre activité ? Rien ?

    Tous vos souvenirs sont bienvenus. N'hésitez pas à nous en faire part. Merci !

     

     

    [Mis en ligne le 28/07/2018]

     


    7 commentaires
  •  

    Si vous êtes automobiliste, vous le savez : l’article R414-4 du Code de la Route prévoit une distance latérale minimale de 1,5 m à respecter lors du dépassement d’un cycliste. En agglomération, cette distance est réduite à 1 m. Le non-respect de cette obligation est sanctionné d’une amende de 135 € et d’un retrait de 3 points.

    C’est le code et c’est la loi. Cette règle s’applique donc à tou(te)s (soyons inclusifs !).

    C’est là que ça se corse. Prenez par exemple, dans notre bonne commune, le panneau C50 installé depuis peu à l’entrée du pont routier (il y a le même quand on vient de Saint-Père).

     

    Partageons... 

    Nouveau panneau situé à l'entrée du pont, côté Sully (il y a le même côté Saint-Père) - Cliquer sur la photo pour l'agrandir

     

     

    Faisons d’emblée remarquer que ce panneau est presque toujours doublé d’un panonceau « Partageons la route » fixé juste en dessous. On (qui et pourquoi ? : il serait intéressant de le savoir) n'a pas jugé bon ici d'ajouter ce panonceau pourtant explicite (au moins autant que le pictogramme). Soit.

     

    Partageons... 

     

     

    Et c’est là que ça se corse (bis) : le code de la route stipule donc une distance de sécurité à respecter en cas de dépassement d’un cycliste à 1,50 mètre (nous sommes sur le pont, donc hors agglomération, ni à Sully, ni à Saint-Père, comme le montrent de part et d’autre du pont les panneaux de sortie d’agglomération; ci-dessous).

     

    Partageons... 

     

    Si un véhicule se trouve derrière un cycliste arrivé avant lui sur le pont, l’automobiliste peut franchir la ligne blanche continue pour le doubler (Code de la route, article R414-4). Tout va bien.

    En revanche, la situation se corse si l’autre voie (celle d’en face) est occupée par des véhicules et si l’automobiliste ne peut donc pas se déporter vers la gauche pour doubler le cycliste. Conséquence : l’automobiliste est contraint de suivre le cycliste sous peine d’être en infraction (il ne peut pas franchir la ligne continue ni laisser la distance de sécurité latérale réglementaire d’1,50 m) et de se voir délester de 135 euros et de 3 points de son permis de conduire.

    Sauf que, dans le monde réel, c’est très rarement ce qui se passe ; en effet, la plupart des automobilistes doublent quand même le cycliste en s’asseyant royalement sur les obligations du Code de la route et en le frôlant à une cinquantaine de centimètres (au plus), le mettant ainsi en danger (c’est d’ailleurs la raison d’être de la règle du 1,50 m : protéger l’usager de la route le plus fragile, à savoir le cycliste).

    Expérience vécue : certains automobilistes énervés vous crient même d’aller rouler sur le trottoir, sans manifestement connaître la signification du panneau incriminé et sans savoir apparemment que les trottoirs sont réservés… aux piétons ! Sans doute les mêmes automobilistes qui n’hésitent pas à se garer sur le trottoir quand ça les arrange (lire également ici « Le trottoir sullylois ») et qui acceptent de partager la route selon le mode 95 % pour eux et 5 % pour autrui, à moins qu'ils n'estiment tout simplement avoir acheté la route avec l'auto...

    Bref, ce panneau ne résout rien. Sert-il même, au fond, à quelque chose ? Quid de ceux qui ont décidé sa mise en place sur le thème « On va mettre un panneau, ça ne mange pas de pain » ?

    Quitte à mettre un panneau, on aurait, de loin, préféré celui-ci (ci-dessous), nettement plus explicite et pas plus onéreux. Ceci dit, il n'est jamais trop tard pour bien faire.

     

    Partageons... 

     

     

    Preuves supplémentaires, s’il en fallait, qu’il est plus qu’urgentissime d’aménager le pont ferroviaire afin de permettre la traversée de la Loire en toute sécurité pour les cyclistes. Certes, le coût sera supérieur à la seule mise en place d’un panneau, mais un panneau inutile et non respecté n’est-il pas déjà beaucoup trop cher ?

    En attendant, à vélo, on serre les fesses et on croise les doigts, en remerciant les décideurs au cul vissé dans la bagnole qui ne perçoivent les déplacements que depuis leur confortable siège conducteur (certain-e-s, à coup sûr, se reconnaîtront)...

     

     

    [Mis en ligne le 24/07/2018]

     


    12 commentaires
  •  

     

    Ça manquait… 

    Porte de garage récemment « décorée » (Promenade des Douves) - Cliquer sur la photo pour l'agrandir

     

    Ça manquait…

    Tag, sans doute du même auteur que le précédent (passage entre l'Avenue de Béthune et la rue du Maréchal Foch) - Cliquer sur la photo pour l'agrandir

     

    Évidemment non.

    Mais qui va nettoyer, et va-t-on même nettoyer ?

    Méfiance… Il y a beaucoup de bâtiments vides dans le centre-ville, sans compter les accès aux cœurs d'îlot et les cœurs d’îlots eux-mêmes, plus ou moins désertés et donc sujets à ce genre de dégradation. On sait par ailleurs que les tags et les graffitis attirent rapidement d’autres tags et d’autres graffitis.

    Sur le thème des tags et graffitis dans notre bonne commune, lire également ici « Tags », ici « S45 », ici « Fier d'être sullylois » et ici « Un graffiti très sullylois ».

    Signalons qu’aucun des tags mentionnés dans les billets ci-dessus, à l'exception de celui de la Promenade des Douves, n’a été nettoyé. Certains sont en place depuis plusieurs années. Patience et longueur de temps...

     

     

    [Mis en ligne le 21/07/2018]

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires