• En ville, au volant, j’aime tuer des piétons

     

    On l’a vu récemment à l’occasion de la décision de l’État de réduire la vitesse de 90 à 80 km/h sur les routes : certains refusent obstinément de comprendre que la vitesse est un facteur directement multiplicateur et aggravant des conséquences d’un choc en cas d’accident, alors même que ces mêmes opposants sont, comme tout le monde, des victimes potentielles. Comprenne qui pourra. Sans doute ont-ils, chevillée au corps, l'idée selon laquelle « les accidents n'arrivent qu'aux autres »...

    Et en ville, dans notre bonne commune ? (Lire également ici « La rue n’est pas la route : à 50, t’es mort, à 30, t’es vivant »ici « Chemin de la Salle Verte : 30 km/h, c’est trop lent ? » et ici « 30 km/h en ville, c’est pas suffisant ? (Une piste pour 2017) »)

    Vous le savez, dans le centre-ville, c’est la règle ordinaire de la limitation de vitesse à 50 km/h qui s'applique. Pourtant, beaucoup d'autres communes de tailles diverses ont pris la décision de limiter cette vitesse à 30 km/h pour de simples raisons de sécurité.

    En effet, de nombreuses études nationales et internationales, dont quelques conclusions (toutes allant dans le même sens) sont présentées ci-dessous, montrent que le risque et la gravité des accidents, et notamment en cas de choc avec un piéton, augmentent de manière exponentielle selon que le véhicule roule à 30 ou à 50 km/h (et, a contrario, qu’ils diminuent fortement en fonction de la diminution de la vitesse).

     

    DOCUMENT 1 

    En ville, au volant, j’aime tuer des piétons 

     

     DOCUMENT 2

    En ville, au volant, j’aime tuer des piétons

     

    DOCUMENT 3

    En ville, au volant, j’aime tuer des piétons

    La métropole lilloise a généralisé la limitation de 30 km/h dans l'hyper-centre et le centre-ville. C'est également le cas de la communauté urbaine de Grenoble, et dans bien d'autres communes plus petites - Cliquer sur l'image pour l'agrandir

     

    DOCUMENT 4 

    En ville, au volant, j’aime tuer des piétons

     Source : Sétra (Service d'études sur les transports, les routes et leurs aménagements - Ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie) - Cliquer sur l'image pour l'agrandir

     

    DOCUMENT 5 

    En ville, au volant, j’aime tuer des piétons

    Source : CERTU (Centre d'études sur les réseaux, les transports, l'urbanisme et les constructions publiques - Ministère de l'Écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement - novembre 2010) - Cliquer sur l'image pour l'agrandir

     

     

    DOCUMENT 6 

    En ville, au volant, j’aime tuer des piétons

    Vitesse et distance parcourue en tenant compte du temps de réaction à 30 km/h et à 50 km/h - Cliquer sur l'image pour l'agrandir

     

    DOCUMENT 7 

    En ville, au volant, j’aime tuer des piétons

     

     

     

    Chose étonnante, il faut, malgré ces données chiffrées bien documentées, toujours se justifier pour demander une réduction de la vitesse en ville de 50 à 30 km/h. Pour une fois, renversons la situation et demandons aux décideurs de justifier leur choix de laisser la limitation de vitesse à 50 km/h et leur choix de ne pas baisser cette limitation de vitesse à 30 km/h, malgré les chiffres indiquées ci-dessus dans les différentes études.

    Dit autrement, chez nous, pourquoi notre équipe municipale décide-t-elle de ne pas de prendre (décision de ne pas agir ne vaut pas absence de décision d’agir) une telle mesure de sécurité et de protection des usagers (et, donc, des concitoyens) les plus fragiles ?

    Rappelons pour terminer que l’engagement de réduire la vitesse de la circulation en ville est l’un des axes prioritaires du projet de réaménagement du centre-ville (s'il existe encore...). Ce n’est pas nous qui le disons, mais la commune elle-même dans son magazine officiel Sully Mag de mars 2013 (reproduit ci-dessous).

     

    En ville, au volant, j’aime tuer des piétons

    Sully Mag (mars 2013), souligné par nos soins - Cliquer sur l'image pour l'agrandir

     

     

     

    Bref, compte tenu de ces chiffres, de la situation communale actuelle et des engagements annoncés, à qui la véritable responsabilité en cas de « problème » ? Question posée.

     

     

    [Mis en ligne le 18/04/2018]

     

    « La halle et La HalleC’était mieux avant ? (L’église Saint-Germain avant la construction du porche d’entrée contemporain) »

    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    9
    Lundi 23 Avril à 08:23

    @ entre parenthèses

    Merci pour vos remarques, que je ne partage pas nécessairement. Les médecins généralistes se déplacent encore à domicile ? Vous me l'apprenez...

    Qu'on le veuille ou non (je n'y suis pour rien), la vitesse est un facteur aggravant des blessures et des invalidités provoquées en cas de choc entre une automobile et un usager fragile (piéton, cycliste, etc.). Evidemment, dans un monde idéal, il n'y aurait jamais de choc, mais ce serait un monde idéal...

    A mon avis, autant prendre des précautions en limitant la vitesse.

      • Vendredi 8 Juin à 08:17

        Comme vous me semblez être un intégriste de la vitesse en voiture, je ne veux pas m'appesantir. Je constate que vous faites partie de ceux qui préfèrent tuer des piétons, bien à l'abri dans un véhicule d'une tonne occupant 80% de l'espace public... Soit. Disons pour finir que je ne suis pas en phase, moralement parlant, avec ce genre de comportement.

        Au fait, la limitation de vitesse à 80 km/h sur les routes bidirectionnelles dépourvues de séparateur, c'est le 1er juillet yes

        Mords ton crâne !

      • entre parenthèses
        Vendredi 8 Juin à 00:23

        "A mon avis, autant prendre des précautions en limitant la vitesse."  Non, cher Boris, soyez logique jusqu'au bout, ayez le courage de vos opinions, écrivez "A mon avis, autant prendre des précautions en limitant la vitesse à ZERO".  Bannies les autos, les poids lourds, les transports en commun.  Interdiction de se déplacer, pour quelque motif que ce soit !  Encore faudra-t-il espérer que le sol ne s'ouvre pas sous vos pieds, qu'une météorite ne vous tombe pas sur la tête, etc, etc…

        Mille fois désolé, mais de votre mode de vie, je n'en veux à aucun prix ! 

    8
    entre parenthèses
    Dimanche 22 Avril à 23:03

    C'est de la provocation, ou quoi ?

    Déjà vous nous avez régulièrement endoctriné (cf les nombreux articles déjà publiés) sur les vertus des limitations de vitesse, jamais suffisantes à vos yeux, voici que maintenant vous venez nous narguer alors même que nous allons subir dans quelques semaines une réduction de 10 kms/h sur l'ensemble des routes secondaires du territoire, réduction rejetée par les 3/4 des français.

    Je ne répèterai pas les arguments développés ici en 2014, vous seriez trop contents de ressortir les vôtres qu'on connait par cœur.  J'attends simplement le jour où vous râlerez sur ce blog parce que tel plombier, tel médecin que vous aurez appelé à domicile se sera présenté avec un délai que vous jugerez inadmissible.  Ben tiens, avec ses clients dispersés dans la campagne et avec la trottinette bridée que vous rêvez de le voir chevaucher, il sera un peu tard pour pleurer.

    7
    Mercredi 18 Avril à 22:17

    @ commentateurs

    Le problème est bien là : il ne devrait pas être nécessaire de "faire peur". Tout le monde devrait comprendre et intégrer ça, car tout le monde est victime potentielle, même les automobilistes (qui sont aussi piétons à leurs heures...).

      • Jeudi 19 Avril à 12:49

        J'ignorais ce chiffre. Soit.

        Dit autrement, l'automobiliste est en tort dans 79 % des cas.

        Et dans 100 % des cas, c'est le piéton qui est blessé ou tué, pas l'automobiliste.

      • commentateurs
        Jeudi 19 Avril à 12:28

        N'oublions pas non plus que dans 21% des cas c'est le piéton qui est en tort.

    6
    commentateurs
    Mercredi 18 Avril à 19:10

    Concrètement personne ne peut rouler au dessus de 30 km/h dans l'hyper centre ville ( feux, voitures qui stationnent ou déboîtent, priorités à droite ). Donc limitation inutile à titre perso. D'accord uniquement pour quelques endroits spécifiques tels que la route de Gien et le collège. De surcroît comment sévir et faire peur ! Mettre un radar.

    5
    Arsène
    Mercredi 18 Avril à 09:15

    Voilà qui démontre qu'un peu de pédagogie doit pouvoir infléchir les comportements et les mentalités.

    Rappelons-nous le passage de 60 à 50 km/h en agglomération en 1990. D'aucuns pensaient qu'on ne pouvait même pas rouler à cette vitesse...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :