• Le pont aux prêtres ressuscité (enfin, presque !)

     

    Nous vous l’avions dit récemment ici « La passerelle chancelle », la passerelle des douves (connue également sous l’appellation « pont aux prêtres ») était il y a peu inaccessible pour cause de réparation. Elle est à ce jour ré-ouverte et c'est tant mieux, même si, en y regardant de plus près, le résultat nous semble assez moyen par rapport au travail réalisé à l'origine (pour mémoire, c'était en 1994).

    Visite guidée :

     

    Le pont aux prêtres ressuscité (enfin, presque!)

    Nouveau garde-corps. Pas de chevillage à l'ancienne, mais uniquement un assemblage par vissage (voir les deux photos ci-dessous)

     

    Le pont aux prêtres ressuscité (enfin, presque!)

    Tous les éléments du garde-corps sont assemblés par simple vissage. C'est plus moderne...

     

    Le pont aux prêtres ressuscité (enfin, presque!)

    Lisses inférieures du garde-corps, vissées. Sur la lisse du haut, les trois vis ne sont même pas alignées ! C'est plutôt moyen... - Cliquer sur la photo pour l'agrandir

     

     

    Il nous semble que, faute de financement (ou autre motif ?), le pont aux prêtres a perdu son âme dans l'affaire. Fini les assemblages chevillés à l'ancienne et les clous forgés, terminé le bel ouvrage, place à la modernité, aux assemblages vissés, aux cornières de renfort et aux équerres et sabots industriels façon Castomerlin. Tout ça commence à faire un tantinet « rapiécé », à mille lieues du beau projet initial...

     

    Le pont aux prêtres ressuscité (enfin, presque!)

    Trois exemples de chevillage à l'ancienne sur ces assemblages d'origine - Cliquer sur les photos pour les agrandir

     

     

    Le pont aux prêtres ressuscité (enfin, presque!)

     

    Le pont aux prêtres ressuscité (enfin, presque!)

     

     

    Ce qui suit (et c'est affreusement dommage) est plutôt à ranger dans la catégorie « rafistolage », niveau « bricoleur passionné ».

     

    Le pont aux prêtres ressuscité (enfin, presque!)

     

    Le pont aux prêtres ressuscité (enfin, presque!) 

     

    Le pont aux prêtres ressuscité (enfin, presque!) 

    Équerre de renfort, un peu de traviole. (c'est plus fun !).. - Cliquer sur la photo pour l'agrandir

     

    Le pont aux prêtres ressuscité (enfin, presque!)

    Autre équerre de renfort (avec l'étiquette de code-barre, parce que, on dira ce qu'on voudra, mais c'est quand même plus joli !) - Cliquer sur la photo pour l'agrandir

     

    Le pont aux prêtres ressuscité (enfin, presque!)

    Cette équerre-ci est encore plus ancienne. Vous remarquerez la nouvelle vis qui a été ajoutée. Et l'étiquette de code-barre est là aussi (en bas à gauche), même s'il n'est plus lisible par aucun scanner. Classe ! - Cliquer sur la photo pour l'agrandir

     

    Le pont aux prêtres ressuscité (enfin, presque!) 

    Traverses de la passerelle (versions ancienne et contemporaine) : clous forgés pour l'ancien et vis pour le contemporain - Cliquer sur la photo pour l'agrandir

     

     

    Le pont aux prêtres ressuscité (enfin, presque!) 

    Querelle des Anciens et des Modernes - Cliquer sur la photo pour l'agrandir

     

    Le pont aux prêtres ressuscité (enfin, presque!)

    Détail - Cliquer sur la photo pour l'agrandir

     

     

     

    Bref, ce beau projet et cette belle réalisation, à l'origine, ont reçu cette fois-ci ce qui ressemble fortement à un coup de grâce. À deux pas d'un monument historique, c'est étrange et troublant. 

    Comment a-t-on pu en arriver là ?

     

     

     

    [Mis en ligne le 4/08/2018]

     

    « Helyett, des vélos d’exception autrefois fabriqués à Sully... et qui roulent encore !8 août : c'est la journée internationale du chat ! »

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    7
    Mercredi 29 Août à 10:28

    @Catherine

    ???

    6
    Catherine
    Mercredi 29 Août à 10:12

    Il me semble me souvenir que c'est le département qui gère la passerelle.

     

    5
    Manu
    Samedi 18 Août à 18:57

    Savoir qui a fait le boulot est sans intérêt. Si une faute a été commise, elle est totalement imputable au donneur d'ordres, soit à la commande, soit à la réception des travaux.

    4
    Samedi 18 Août à 18:18

    @entre guillemets

    Sans aucun doute non. Je ne pense même pas qu'il ait été consulté sur ce coup-là. Ce n'est sans doute pas obligatoire. Mais, de toute évidence, ça devrait !

    C'est sans doute la commune qui gère ça. Ce serait intéressant, bien sûr, de savoir qui a fait le boulot. Mais, vu ce qu'on a dit sur ce blog, ça va être compliqué d'avoir des infos !...

    Réponse peut-être dans le prochain Sully Mag.

    3
    entre guillemets
    Samedi 18 Août à 15:05

    Que dire... horrible ! L'architecte des bâtiments de France a donné son aval ???!!!

    2
    bugoss
    Dimanche 5 Août à 07:16

    vraiment du rafistolage,mais qui a pu bricoler de cette façon no??

    1
    Manu
    Samedi 4 Août à 12:37

    Un nouveau pansement sur une jambe de bois. Quel dommage. Cette passerelle, probablement un bon projet, mais une réalisation catastrophique. Au fait, laquelle de nos innombrables collectivités locales doit on féliciter pour cette gestion calamiteuse ?

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :