• Le vrai faubourg Saint-François

    Hier

    Le vrai faubourg Saint-François

    Faubourg Saint-François (photo tirée du livre de Dany Lemelin, Sully-sur-Loire, À la recherche du passé suspendu, page 69 - Cliquer sur la photo pour l'agrandir)

     

     Aujourd'hui

    Le vrai faubourg Saint-François

    Le même lieu, aujourd'hui - Cliquer sur l'image pour l'agrandir 

     

    Nous sommes au faubourg Saint-François, il y a une centaine d’années. Au fond, la porte de Berry et le clocher de l’église Saint-Ythier. À gauche, le boulevard du Champ de Foire et ses grands platanes (personne ne craignait les arbres urbains en ce temps-là ; à droite, la rue des Cordiers (délibération du Conseil municipal, 4 novembre 1955).

    Par la suite, les piliers du portail de l’entrée du commerce de chevaux, à droite de la photo, ont été modifiés : auparavant entièrement en briques, ils se composent aujourd’hui d’un appareillage de brique et de pierre. En partie basse, ils ont été cimentés. Les chapiteaux de briques pyramidaux supportant l’enseigne « Commerce de chevaux – A. GIRARD Equarrisseur » ont été remplacés par des chapiteaux en pierre. La barrière de bois a fait place à une barrière métallique.

    De l’autre côté de la rue, le café-hôtel-restaurant à l’enseigne du « Café du Nord » (voir ci-dessous) a disparu, remplacé par une partie de la clinique vétérinaire (au n° 6).

     

    Le vrai faubourg Saint-François

    L'ancien Café du Nord, rue du Faubourg Saint-François (photo tirée du livre de Dany Lemelin, déjà cité, page 88) - Cliquer sur la photo pour l'agrandir

     

    À l’arrière-plan, dans la rue Porte de Berry, venant de la place du Grand Sully (aujourd’hui place Maurice de Sully), une automobile se dirige vers nous (la rue Porte de Berry n’est de toute évidence pas encore en sens unique). Sur le champ de foire, à gauche de la photo, une voiture à chevaux et du linge qui sèche entre deux platanes. La boutique située à droite de la rangée de linge qui sèche est celle d’un bourrelier (c’est aujourd’hui le magasin Rougier, après avoir été, un temps, un fleuriste « Au Paradis des fleurs »).

    L’avenue de la Vénerie n’a pas encore été ouverte. Depuis le Petit Parc, on accède à la route de Gien par l’allée de Plaisance, qui n’a pas encore l’allure que nous lui connaissons aujourd’hui (voir ci-dessous).

     

    Le vrai faubourg Saint-François 

    L'Allée de Plaisance (photo ancienne tirée du livre de D. Lemelin, page 48) - Cliquer sur la photo pour l'agrandir

     

     

    Comme l’allée de Plaisance actuelle, elle débouche également sur la route de Gien, face à l’ancien couvent des Franciscains (ou des Cordeliers), aujourd'hui villa Plaisance.

     

    Le vrai faubourg Saint-François 

    L'Allée de Plaisance actuelle débouche, comme l'ancienne, face à l'ancien couvent des Cordeliers, fermé en 1775 sur décision de l'évêché d'Orléans (Source : Dany Lemelin) - Cliquer sur la photo pour l'agrandir

     

    Le quartier devrait poursuivre son évolution dans les années qui viennent : on nous promet en effet l'ouverture d'une Maison des jeunes à la place de l'ancienne graineterie de la rue du Faubourg Saint-François ainsi que la création de logements sur la friche industrielle de la biscuiterie Rougier. À suivre...

     

     

    [Mis en ligne le 28/05/2017]

     

    « Histoire de grilleVive les années 1970 ! »

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :