•  

    L’époque est trouble et troublée : les phénomènes violents se multiplient (farouche rébellion des exploités et des laissés-pour-compte, effondrement et incendies de logements insalubres, mal-logement structurel, paupérisation galopante, restos du cœur ne parvenant plus à faire face, pensions de retraite peau de chagrin, déflation salariale inégalée, hôpitaux en crise structurelle, etc.).

    Dans ce contexte, certains s’occupent prioritairement… de la chasse à courre. C’est le cas de notre sénateur local qui, après s’être longuement penché cet automne sur le cas de la chasse à la bécasse et des bécassiers (si, si…, à lire notamment ici), est actuellement fort occupé à prendre fait et cause pour la défense de la chasse à courre et, notamment, pour la criminalisation de l’opposition à la chasse à courre, activité dont chacun sait qu’elle concerne énormément de concitoyens et qu’elle est essentielle, voire indispensable, au bon fonctionnement du pays, sans compter qu’elle est connue pour être la distraction privilégiée d’indigents mal logés et de nécessiteux au RSA. Bref, notre sénateur local a choisi son camp : du côté des riches et des puissants, contre les manants.

    Évidemment, en tant que président du groupe d’études Chasse au Sénat (si, si, ça existe, aux frais de la princesse), il n’est somme toute que dans son rôle, celui de serviteur de soupe au lobby de la chasse à courre et des chasses en tous genres (dont la chasse à la glu, horreur et honte absolue). Chasser et servir la soupe aux riches et aux puissants, il semble que certains aiment ça.

    Lire également sur ce blog « L’oiseau et le gibier », « Il faut débaptiser l’avenue de la Vénerie »« La vénerie est-elle une activité fréquentable ? » et « Plus jamais ça ! ».

    Et pour terminer (si vous en doutiez encore), la petite vidéo relayée par France Info vous fera découvrir la beauté magistrale et la grandeur de la chasse à courre. (Attention, c’est plutôt violent et un tantinet dérangeant…)

    Et pour re-terminer, sachez, chers lecteurs, que la Ligue protectrice des oiseaux vient de porter plainte auprès de l’UE contre l’État pour non-respect par la France, sous l’action du lobby de la chasse, de la Directive Oiseaux de l’Union européenne (à lire ici et ici notamment).

    Bref, nous avons de la chance d’avoir ici, à proximité (mais, dans une rue semi-privatisée, quand même), un sénateur si proche, au fond, des préoccupations des gueux ordinaires...

    Ne manquerait plus maintenant qu’une rue de la commune à son nom !

     

     

    Et pendant ce temps-là, notre sénateur local s’occupe…

                                                                                             La chasse à la glu, une horreur cruelle défendue bec et ongles par notre sénateur local

     

     

     

    [Mis en ligne le 25/04/2019]

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique