• Un jour sur le champ de foire, avant la Grande Guerre

     

    Un jour sur le Champ de Foire, avant la Grande Guerre

    Carte postale ancienne tirée du remarquable ouvrage de Dany Lemelin, Sully-sur-Loire : A la recherche du passé suspendu (p. 118) - Cliquer sur la photo pour l'agrandir

     

    Nous sommes en 1911, sur le boulevard du Champ de Foire. Des civils et des soldats de l'artillerie (charrettes bâchées) prennent la pose devant l'objectif du photographe.

     

    Même lieu aujourd'hui

     

    Un jour sur le Champ de Foire, avant la Grande Guerre

    Boulevard du Champ de Foire aujourd'hui - Cliquer sur la photo pour l'agrandir 

     

     

    Les grands platanes ont disparu, remplacés aujourd’hui par de petits arbres d’ornement (lire également ici).

    Le panneau placardé sur le tronc d’un de ces platanes à droite du groupe de personnages qui a pris la pose, indique « Limite de vente des veaux ».

    Les trois arbres à gauche de la photo semblent délimiter une placette triangulaire qui n’existe plus aujourd’hui. D’autres vues anciennes nous apprennent qu’il y avait une croix dressée au centre de cette placette. C’est cette croix qui a été déplacée de quelques mètres et se trouve aujourd’hui sur le trottoir du même boulevard du Champ de Foire (voir photo ci-dessous). Le chemin partant vers la gauche mène à l’actuelle rue de la Blanchisserie.

     

    Un jour sur le Champ de Foire, avant la Grande Guerre 

    Croix déplacée (Boulevard du Champ de Foire). A droite, l'entrée de la rue de la Blanchisserie

     

     

    Les maisons actuelles (la maison couverte de vigne vierge, qui fait l’angle avec la rue de la Blanchisserie – lire ici et ici –, et la maison voisine du cabinet notarial) n’ont pas encore été construites. Seul existent déjà l’hôtel (à l’époque « Hôtel du Cheval Blanc », tenu par Duchesne – on lit le nom sur la façade – aujourd’hui « Hostellerie du Grand Sully ») ainsi que la maison basse qui le jouxte (avec les deux lucarnes). La maison à étage située à droite de celle-ci n’existe plus. C’est à cet endroit que l’on trouve un immeuble de trois étages et l’enseigne « Carrefour Express » (lire ici), ainsi qu’une ancienne armurerie, fermée depuis plusieurs années.

     

     

    Un jour sur le Champ de Foire, avant la Grande Guerre 

    Ancienne armurerie, Boulevard du Champ de Foire - Cliquer sur la photo pour l'agrandir

     

    Image d’un Sully disparu où l’élevage et l’agriculture avaient place au cœur de la cité et où l’armée s’invitait en toute bonhomie en plein centre-ville.

     

    [Mis en ligne le 28/10/2015]

     

    « La zone ornithologique souffle ses dix bougiesL’ancien lavoir du bord des douves »

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    3
    Arsène
    Jeudi 29 Octobre 2015 à 13:44

    Bravo, continuez à nous faire voyager dans ce Sully disparu.

    Pâle vestige des ces foires, le marché du lundi parait aujourd'hui bien tristounet, et si peu intéressant. Quand à l'armée, on aimerait parfois pouvoir rencontrer nos gendarmes, qui n'ont plus pour mission d'approcher la population, d'échanger, ils se terrent dans leur caserne.

    Ils sont un peu comme nos édiles qui fréquentent le champ de foire à un rythme sexennal... 

      • CON-tribuable
        Vendredi 30 Octobre 2015 à 19:51

        La sacoche pour le vélo et le bonhomme sur la selle pour prendre des caisses ? winktongue winktongue winktongue.

        Dur , dur pour les pneus de la bicyclette .

      • el solognot
        Jeudi 29 Octobre 2015 à 20:47

        Tu as ben raison arsène, lé gens d'armes d'la bourgade d'soully y sont pas ben actifs, y 's'partagent el "travail" avec la poulice mounicipale, mé d'toutes façon y s'entendent pâ ben même si el maire d'y qu'tout va ben entre les deux, y faut rire quand ?

        Où est le temps dé gens d'armes avec leur vélo et la sacoche su l'cadre, y faisaient des kilomètres sans user d'essence et c'était bon pour leur santé. Maintenant s'y el réservoir d'la vouéture est presque vide y vont s'cacher dans un couin et attente qu'lheure tourne.

        Lé foires : y'a pu les cochons el matin d'chaque premier lundi d'mois dans vout bourgade, el marché dans el passé était el plus grand du loiret. Ben tout c'la c'est ben fini.

        Bounne nourtée .

         

         

         

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :