• À Sully, on n’a pas (encore) les algues vertes et on n’a plus Sully-Plage

     

     

     

    Après la Loire (lire ici) et la Sange (lire ici), c’est tout le littoral français qui fait aujourd’hui les frais des activités humaines, notamment agricoles.

    Ce n’est pas moi qui le dis, c’est le Commissariat général au développement durable (CGDD), pas vraiment un repaire d’écolos barbus et chevelus en jeans, pieds nus dans leurs sandales.

     

    À Sully, on n’a pas (encore) les algues vertes et on n’a plus Sully-PlageTélécharger la plaquette du CGDD en cliquant sur l’icône ci-contre (2,78 Mo)

     

    Et c’est l’indispensable Fabrice Nicolino qui le rapporte sur son site Internet Planète sans visa. Invitation à la lecture.

    « 

    La farce est splendide. D’un côté, on prétend mobiliser contre les marées vertes sur les côtes. De l’autre, le mal s’étend jusqu’en Méditerranée, et le gouvernement fait de nouveaux cadeaux aux porcheries industrielles.

    Ce gouvernement est vraiment très con. Pas plus que sous Sarkozy, mais pas moins. Dans le même temps qu’il annonce chaque matin un plan de lutte contre les algues vertes, on apprend que ces dernières ont essaimé. On les trouvait en Bretagne, l’été ; elles sont désormais partout, et même en hiver. Qui le dit ? Un pompeux machin officiel nommé Commissariat général au développement durable (CGDD). Dans une note publiée ces jours-ci (Les proliférations d’algues sur les côtes métropolitaines), notre bel organisme publie une carte qui ne laisse place à aucun espoir : y en a partout. Partout.

                                                                                                             »

     

    Lire la suite… (enfin, seulement si vous tenez absolument à vous faire peur)

     

    Somme toute, on se dit qu’il vaudrait mieux relancer Sully-Plage et les baignades dans la Loire plutôt que d’aller faire trempette sur le littoral, à plusieurs heures de route. Quitte à plonger dans de l’eau polluée, autant ne pas, en prime, polluer un peu plus l’atmosphère…

     

     

     

    [Mis en ligne le 15/02/2014]




    « Blog en travaux : ça bosse ! A bientôt !Au siècle passé, c’est sûr, les chausseurs sullylois savaient chausser »

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    2
    el solognot
    Vendredi 14 Février 2014 à 22:09

    Ben moué vos histouères d'louère, d'la sange tout c'la y a plein microubes, d'virus partout. L'iau varte d'la louère, fleuve altier, ouai que de nom en c'temps. Mais y a ben longtemps la louère était bernausiau et les plageux s'baignaient d'dans, ouai les gens qui v'enaient d'la capitale , même du nord d'là france sous la touèle. Et ben y v'naient pour la fête d' la plage de soully. Y avait el concours des tentes fleuries, comment fé meshui, y a plus toile de campigne. Bon, les gamins pourraient toujou fé des châtiaux de sable, à qui le châtiaux le plus biau. Avec l'internet, les gamins leur dire de fé un châtiau en sable pour souaner un prix. Y a aussi à r'faire el concours des bouelles, la plus belle d'la plage en maillot d'bain. La j'pense qui y a pas trop d'soucis. La fête fouraine avec les vouètures scootères, les confiseries et tout le bazar en bas d'la descente du pont, avec les sécurités de meshui faut vouère çà. Les cabines en boué d'toutes les couleurs, ben y a du boulot. Et dans tout c'ela l'iau s'era toujou bernausiau.

    Moué j'attends l'avenir déjà d'la sange, après j'vais vouère. Mais y va ben y avoir de l'iau varte qui va couler sous pont.

    Bonne nouartée.

    1
    CON-tribuable
    Vendredi 14 Février 2014 à 20:30

    Voir les écolos avaler des couleuvres et manger leur chapeau tous les jours pour rester au gouvernement quel spectacle de clowneries , on se marre quand même . Comment imaginer le retour de Sully-Plage quand les 3 postulants à la mairie sont incapables de faire lever l'arrêté municipal sur la pollution des douves . On nous prend un peu pour des couillons et ça c'est bien rigolo aussi. 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :